Archives de catégorie : Alimentation

Crème chocolat au lait de soja

Recette hyper simple et très rapide

  • 1 l de lait de soja
  • 100g de chocolat à dessert
  • 60 de maïzena
  • 1 sachet de sucre vanillé

Faire fondre le chocolat dans la motitié du lait de soja, mélager la maïzena avec le reste du lait le rajouter à la préparation puis cuire en remuant tout le temps car sinon cela accroche. Puis verser dans des ramequins ou pots de yaourts en verre (environ 8 pots)

Ghee ou beurre clarifié

Cet été j’étais en caravane sans frigo et je ne pouvais pas conserver de beurre. Donc en revenant chez moi j’ai repensé au ghee, ce beurre clarifié que l’on trouve dans beaucoup de cuisines traditionnelles (Inde, Maroc, Brésil…) et qui peut se conserver très longtemps à température ambiante et j’ai voulu en faire.

J’ai pris 500g de beurre doux que j’ai fait fondre à feu très doux dans une casserole à fond épais. Il faut remuer de temps en temps avec une spatule. Une fois le beurre fondu, une mousse se forme à la surface. On l’enlève avec une passoire ou une cuillère et on recommence jusqu’à complète élimination. Il reste au fond de la casserole des petits résidus qui coagulent. Il faut arrêter la cuisson avant que ceux ci ne brunissage. Puis il fait passer le tout dans une passoire très fine ou dans un filtre à café.

Voici quelques sites qui en parlent:
https://www.altheaprovence.com/fabrication-ghee-beurre-clarifie/
http://cfaitmaison.com/culinaire/ghee-beurre-clarifie.html

 

Blue pea – Pois bleu

trouvé sur https://www.mieux-vivre-autrement.com/the-bleu-dindonesie-une-infusion-naturelle-qui-change-de-couleur.html

Le thé bleu d’Indonésie : une infusion naturelle qui change de couleur

Le thé bleu d’Indonésie, l’infusion bio et 100 % naturelle qui change de couleur. Voilà de quoi ravir les amateurs de thés et les rêveurs en quête d’instants magiques. Une boisson unique qui passe du bleu clair au rose-violet, pour mettre un peu de couleurs dans vos pauses. Sa saveur boisée et végétale va vous surprendre, pendant que ses propriétés antioxydantes prendront soin de vos cellules.

thé bleu

Laissez-vous emporter par la magie du thé bleu qui change de couleur

Le thé bleu d’Indonésie

Le thé bleu est une boisson particulièrement connue en Indonésie et en Malaisie. Dans ces pays, il se consomme sucré avec des agrumes, du miel et de la citronnelle : c’est le butterfly pea tea.

Ce thé bleu provient d’une infusion de pétales de fleur, ce n’est donc pas un thé à proprement parler. Les thés, qu’ils soient blancs, noirs ou verts, sont issus du même arbre, le Camellia Sinensis. Les thés qui ne proviennent pas de cette plante sont considérés comme des infusions.

Cependant, les indonésiens ont pris l’habitude de nommer cette boisson Thé bleu, du nom de sa fleur Clitoria ternatea. Nous garderons donc cette appellation.

thé bleu

Clitoria ternatea, une fleur ayurvédique

La couleur bleue de ce thé provient de la Clitoria ternatea, une fleur de la famille des Fabacées. C’est une plante grimpante qui pousse en Asie tropicale équatoriale. Son nom vient de la forme de la fleur qui ressemble à l’organe érectile féminin. La Clitoria ternatea se retrouve également sous le nom de Pois bleu, pois savane, pois papillon, etc.

C’est une plante étonnante qui a une riche histoire. Les indonésiens pensent en effet qu’elle est un don de la nature puisque toutes ses parties ont un effet bénéfique.

La Clitoria Ternaea est aussi connue comme étant une des différentes herbes associées au terme Shankhpushpi, un médicament indien ayurvédique utilisé pour améliorer la mémoire. Les indonésiens attribuent à cette plante (feuilles, racine, graines et pétales) de nombreux bienfaits :

thé bleu

  • anti-inflammatoire,
  • amélioration de la mémoire,
  • anti-stress et antidépresseur,
  • anti-convulsif,
  • sédatif,
  • réduction de la vision floue,
  • réduction de la perte de cheveux,
  • augmentation de la fertilité.

En Indonésie, Thaïlande et Malaisie, la fleur bleue est également utilisée comme colorant alimentaire naturel. Un pigment naturel est extrait de ses pétales et ajouté au riz, thé, jus de fruit, etc.

Un colorant naturel qui change de couleur

thé bleuL’un des meilleurs attributs de ce thé est sa belle couleur bleue, due aux pigments extraits des pétales de la Clitoria Ternatea. La molécule de ce colorant naturel est l’anthocyane, de la famille biochimique des flavonoïdes. Les composés flavoniques de l’anthocyane donne des couleurs rouge, rose, bleue, violet et pourpre. La couleur des anthocyanes dépend de la structure chimique et peut varier selon l’acidité du milieu.

Dans le thé bleu, les molécules de l’anthocyane, sensibles au pH, changent de couleur selon l’acidité de la boisson.

Le thé bleu peut donc varier du violet-rose à pH 2-3-4 acide en passant par le bleu brillant à pH 7 neutre.

La recette du thé bleu

Pour une tasse de 250 ml
Le thé bleu va changer de couleur selon l’acidité de votre boisson :

  • Eau = pH 7 neutre, donne une couleur bleue.
  • Citron = pH 2,3 acide, donne une couleur rose-violet.

Pour une belle couleur bleue :

  • thé bleuMettez environ 10 pétales séchés de Pois bleu dans votre tasse d’eau bouillante.
  • Laisser infuser de 3 à 5 minutes.
  • Enlevez les pétales (ou filtrez).
  • Rajoutez une cuillère à café de miel.

Pour une belle couleur rose-violet :

  • Ajoutez quelques gouttes de citron à votre thé bleu.

Avec une discrète saveur boisée et végétale, le goût de ce thé bleu est parfait pour les pauses bien méritées.

Du thé bleu dans l’assiette

thé bleuVous pouvez ajouter les pétales de Pois bleu pour colorer vos recettes sucrées ou salées. Ce pigment est un colorant naturel qui se rapproche des colorants synthétiques E 133 ou E 131.

Cocktails, jus de fruits, riz, pâte, purée, etc. Vous aurez également la possibilité de jouer sur les nuances en apportant des éléments acides, neutres ou basiques.

Le petit plus de ces pétales de Pois bleu :

Le pigment extrait des pétales est un antioxydant. Les antioxydants sont des alliés incontournables pour lutter contre certaines maladies dégénératives, limiter les effets du vieillissement tout en renforçant le système immunitaire.

Où se procurer des pétales séchés de Pois bleu ?

Dans certains magasins bio ou sur le site de Bluechai, qui propose aussi de superbes recettes à essayer sans plus attendre !

Alors, ne vous privez plus et alliez plaisir des yeux et du corps !

Confiture de lait

Une gourmandise qui me rappelle l’enfance

Un régal régressif que notre maman nous préparait pour le goûter

Prendre une boite de lait concentré sucré la mettre dans une casserole d’eau et portez à ébullition. Maintenez l’ébullition pendant 2/3 heures en veillant à rajouter régulièrement de l’eau chaude pour maintenir la boîte de lait concentré sucré constamment immergée. Je le mets sur ma plaque électrique sur 3. Laisser refroidir, ouvrez la boîte de lait concentré sucré et versez la confiture de lait dans un pot en verre. Remuez pour que cela soit bien lisse et homogène.

Pétillant de fleurs de sureau

Le pétillant de sureau est appelé aussi champagne des fées. C’est une boisson pétillante rafraîchissante qui a un parfum de fleurs très délicat et subtil.

Ingrédients pour un litre (à multiplier par le nombre de litres)

  • 1 litre d’eau
  • 100g de sucre
  • 1 citron coupé en lamelles
  • 5 corymbes de sureau sans les tiges
  • 1 cs de vinaigre de cidre

Préparation

Bien mélanger le sucre pour qu’il se dissolve dans l’eau, rajouter, le citron, les fleurs et la cuillère de vinaigre de cidre. Fermer le bocal juste sans utiliser ni la fermeture ni un caoutchouc, comme ça il y a de l’air qui passe. Et puis on pose le bocal pendant 4 à 7 jours à 20/25 degrés. Laisser macérer le mélange au soleil mais il ne faut pas que cela soit trop chaud quand même. Pensez à remuer le mélange tous les jours

Dans un premier temps, les tranches de citron vont rester au fond du bocal, puis au fur et à mesure vont remonter à la surface, signe que la fermentation opère. La boisson est prête lorsque citron et fleurs redescendent à mi-hauteur du bocal.

Filtrer pour enlever les impuretés et mettre dans des bouteilles à fermeture hermétique (bouteilles de limonade ou de bière ou de boisson gazeuses) dans un endroit frais (frigo ou cav) pendant quelques jours à quelques semaines avant de déguster.

Croquets aux amandes

Les croquets aux amandes de Mamine

Ingrédients:

200g de farine (ou 2 verres)  
200g de sucre 
 (ou 1 verre)
200g d’amandes (ou 2 verres)
2 oeufs
200° température
20 mn de cuisson
1 pincée de sel
optionnel un peu d’eau de fleur d’oranger ou d’extrait d’orange amères

Dans le saladier mettre la farine, le sucre, les amandes entières (ou concassées grossièrement) les oeufs.
Tout mélanger, on obtient une pâte assez ferme.
Séparer la pâte en 4 morceaux et faire 4 boudins
Mettre sur une plaque et laisser cuire à four moyen 200 pendant environ 20 mn
Découper en bâtonnets juste en sortant du four pendant que c’est encore chaud
Il faut que les amandes soient un peu grillées à l’intérieur du biscuit
Laisser sécher et refroidir sur une grille

Kombucha

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le kombucha est une boisson préparée à base de thé sucré dans lequel on fait macérer un « champignon » le SCOBY « Symbiotic Culture of Bacteria and Yeast » qui est un ensemble de bactéries et de levures en symbiose. Au bout d’une dizaine de jours le sucre a été consommé par le « champignon » qui l’a transformé en micro-organismes, la fermentation enrichit la boisson de molécules bénéfiques pour la santé (acide glucuronique, acide gluconique, acide lactique dextrogyre, acide folique, acide acétique, vitamines (B1, B2, B6, B12, C, PP etc…), sels minéraux, enzymes, acides aminés essentiels, substances antibiotiques, et même un peu d’alcool (entre 0,1 et 0,5°).

Préparer un thé (environ 1 cuillère à café/litre) laisser infuser puis sucrez le à raison de 70g (environ 3cs) pour un litre. Une fois le thé refroidi  placez le kombucha dans le thé refroidi avec  10 % de la boisson l’ancienne préparation pour acidifier (environ 1 verre) . Le kombucha à un sens, en général la surface du disque la plus claire, la plus lisse et la plus brillante se trouve vers le haut.

Le temps de préparation est variable. Il est influencé par la température et la largeur du récipient. (La boisson est préparée plus rapidement dans un bocal large et bas que dans un bocal haut et étroit). Si le « champignon » est épais la préparation est également plus rapide (minimum 24 heures). Recouvrez l’ouverture du bocal avec de la gaze puis laissez le bocal à l’ombre de préférence. La souche croît d’abord en largeur, à la surface du liquide de préparation, puis en épaisseur.

On reconnaît que la boisson est prête quand elle a une bonne odeur proche d’un cidre, légèrement vinaigrée, on observe une certaine pétillance, elle n’a plus le goût du thé et on ne sent plus le sucre, le goût rappelle celui cidre. Commencez à goûter le 8e jour, en prélevant de la boisson avec une cuillère en plastique ou en y plongeant une paille délicatement le long de la paroi du bocal. Si la boisson présente une odeur désagréable, ou bien si le champignon présente des moisissures, il est préférable de jeter la boisson et de laver la souche dans du vinaigre de cidre et de recommencer toute la préparation.

Ensuite, retirez le « champignon » avec les doigts (propres) et ôtez les éventuelles traces noirâtres, ces filaments noirs sont des cellules mortes du « champignon », ils ne présentent aucun danger pour la santé. Provisoirement déposez le kombucha sur une assiette en verre, en porcelaine ou en faïence non décorée, la face claire toujours vers le haut. Pour le garder longtemps il faut éviter le contact avec des métaux (bagues cuillères etc.). En général, la souche n’a pas besoin de rinçage entre deux préparations. Si vous remarquez des résidus foncés sur la membrane, rincez éventuellement la souche à l’eau fraîche non chlorée.

La boisson réalisée peut se conserver dans des bouteilles de jus de fruit en verre. Remplissez la bouteille à l’aide d’un entonnoir en y versant la majorité de la boisson préparée (éventuellement à travers une passoire). Il est parfois nécessaire de la filtrer, un filtre à café permanent en nylon convient bien pour retenir les éventuels dépôts noirâtres et filaments visqueux.

ces informations ont été trouvées sur un site très complet:
http://www.cfaitmaison.com/kombucha/kombucha-intro.html

Si vous avez trop de kombucha vous pouvez l’utiliser pour vous rincer les cheveux (comme avec le vinaigre) et ainsi les rendre plus doux.

Le SCOBY peut quant à lui être utilisé en masque pour le visage ! C’est  un peu gluant et froid mais aussi efficace qu’un peeling et cela stimulera le collagène de votre épiderme.

Histoire

Le kombucha, appelé aussi « Champignon de longue vie » est connu en Chine depuis 2200 ans. Son origine semble être l’Extrême Orient (Chine, Corée et Japon). Cette boisson mystique y était appréciée pour ses effets sur le corps et l’âme, et certains la consommaient avec l’espoir d’obtenir l’immortalité.

C’est au début du XXe siècle qu’il est arrivé en Russie puis dans les Balkans, en Pologne et a fait son apparition au Danemark, en Allemagne, en Tchécoslovaquie et en Roumanie. Depuis le kombucha s’est répandu progressivement dans d’autres pays et il devient de plus en plus populaire grâce aux médias. Dans les années cinquante déjà, il était connu en France sous le nom de « hongo » ou « Ma-Gu » et était consommé comme remède miracle et surtout pour ses propriétés bénéfiques contre la tuberculose.

Diverses appellations : « petite mère japonaise« , « champignon des héros« , « champignon de longue vie« , « champignon-miracle« , « champignon de la charité« , « Zauberpilz« , « Wonderpilz« , « Kwas de thé« , utilisées selon les pays, par les hommes pour nommer le kombucha laissent présager de ses bienfaits.

Le kombucha : le ferment venu des steppes de l’Asie centrale

SOS kombucha : précautions, erreurs à éviter

Sarrasin

Pain au sarrasin

500g de graines de sarrasin
200g d’eau
1 cuillère à soupe rase de gros sel (environ 10g)

Faites tremper les graines une nuit (ou au minimum 4h) dans 3 fois leur volume d’eau
Le lendemain mettre les graines dans une passoire et rincez les.
Laissez s’écouler l’eau pendant quelques minutes.
Mettre les graines égouttées dans un saladier. Rajouter l’eau et le sel.
A l’aide d’un mixeur plongeant (celui qu’on utilise pour mixer une soupe), mixer le tout de façon à obtenir une pâte assez épaisse mais ce n’est pas la peine que ce soit hyper homogène.

Mettre du papier sulfurisé badigeonné d’huile ou de beurre dans un moule à cake, ne pas remplir plus que 2/3 car la pâte va gonfler pendant la fermentation. Laisser fermenter naturellement dans un endroit entre 25 et 30° (ne pas dépasser 45°) s’il fait trop froid cela ne lèvera pas. Si vous le mettez à 30°C, il faudra environ 10h mais à 25°C cela sera plus long environ 18h

Une fois que cela a bien monté, mettre dans un four froid à thermostat 5 /6  ou  175°C/180°C
Laisser cuire environ entre 45 min et 1h. Vous pouvez mettre un bol d’eau pour humidifier l’air du four.

Je me suis inspirée de cette recette : https://ormevert.com/pain-au-sarrasin

Gâteau au chocolat moelleux sans gluten et sans lactose

Ingrédients:

Ingrédients: 1 plaque de 200g de chocolat
1 brique 200 ml de crème de coco (ou de crème fraiche)
50g de maïzena (environ 3cs pleines)
150 de sucre (environ 8 cs)
3 oeufs
1 sachet de levure chimique

Faire fondre la plaque de chocolat avec la brique de crème de coco  (ou crème fraiche ) , ajouter le sucre, la maïzena, les oeufs, mettre la levure sur le blanc (cela fait monter les oeufs en neige), bien mélanger.

Laisser au four à 180 pendant 20 à 30 mn mettre la pointe d’un couteau pour vérifier la cuisson

Pour une autre version un peu plus gourmande:
rajouter 100 g de poudre de noix de Grenoble, amandes ou noix de coco ou quelques épices.

Si vous avez l’intention de démouler votre gâteau il faudra prévoir de bien beurrer le fond!